Euthanasie financière des retraités

Publié le par Boule de neige

 

L'âge limite de départ à la retraite ne sera plus vraiment le problème dans quelques temps ........

 

 

L’euthanasie financière des retraités est programmée

Par Simone Wapler, le 10 juin 2010

Imaginez : vous êtes retraité, donc rentier. Vous avez placé votre épargne avec un risque minimal, en obligations d’Etat. Les prix des actifs baissent. Donc chaque matin, votre pouvoir d’achat augmente. La déflation est bonne pour les vieux.

L’inflation est bonne pour ceux qui sont endettés. Pour les gouvernements, c’est même le moyen le plus facile de rembourser en monnaie de singe.

Bien sûr, si le débiteur est étranger, il peut ne pas apprécier. Mais si le débiteur est le paisible retraité qui a souscrit aux obligations nationales, il n’y a aucun problème. Il prendra la monnaie de singe. Il n’a pas le choix.

Tous les gouvernements ont compris cela. Les vieux font rarement la révolution. Difficile de grimper sur les barricades et de jeter des pavés avec de l’arthrose.

Donc, les vieux seront financièrement euthanasiés. C’est politiquement la façon la plus simple de se désendetter. Les jeunes auront-ils pitié ? Peut-être jugeront-ils que, finalement, si la situation est arrivée à se détériorer à ce point, c’est parce que leurs aînés ont cru qu’on pouvait “partager le travail” et devenir plus riche en travaillant moins.

Tous les jours, nous lisons des journaux étrangers, moins tendres que les nôtres sur la situation européenne.

Une expression commence à se dégager : la crise de l’Europe. L’euthanasie financière des vieux va donc commencer en Europe. L’Europe est surendettée à titre collectif. La Banque centrale européenne s’est parjurée et accepte de faire marcher la planche à billets. M. Trichet a lui aussi été convaincu de tricher sur la monnaie unique.

Voici ce que m’écrit un lecteur ce matin :

Je déplore depuis plusieurs semaines l’absence d’article de fond sur les risques liés aux détenteurs d’assurance vie en euros, face aux menaces de krach obligataire. Si le sujet a bien été évoqué dans votre journal, à plusieurs reprises, les articles n’offrent pas beaucoup de propositions concrètes. Placement préféré des Français, nous nous trouvons bien seuls au milieu de tous les sous-entendus formulés ici et là, sans qu’aucune stratégie ne soit clairement exposée par les rédacteurs. Au vu des nombreuses questions que je me pose, je pense qu’il y a vraiment matière à écrire plusieurs articles sur le sujet sans épuiser l’intérêt des lecteurs”.

Notre réponse est très simple :

Nous nous donnons du mal pour collecter les informations qui vous permettent d’évaluer vos risques. (voir numéro 85 de MoneyWeek)

 

 

 

Graphique des risques des pays souscripteurs/emprunteurs

 

 

 

 

Graphique des risques des sociétés d'assurances

 

Mais nous ne pouvons pas prendre les décisions à votre place. A chacun sa situation et sa tolérance au risque, variable en fonction de son âge, de son patrimoine, de son degré de diversification et de ses objectifs.

En revanche, nous nous efforçons de vous donner toutes les semaines des idées aussi précises que possibles sur tous ces sujets. [Pas encore abonné à MoneyWeek ? Profitez d'une réduction allant jusqu'à 61% sur votre abonnement en cliquant ici...]

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article