Démocratie totalitaire....

Publié le par Boule de neige

En début de semaine une résponsable politique envisageait de taxer très lourdement ceux qui veulent "quitter" la France. Nous avons retrouvé un article du n° 145 de Money-Week du 1° au 7 septembre 2011. Prémonitoire comme article !

 

Riche recherche statut …désespérément



 

  

Le pauvre intéresse. Il a une définition statistique et économique, certes légèrement  variable selon les institutions internationales, les monnaies et les pays. Mais au moins,il existe, il a un statut. Le riche, lui, n’a pas de statut. C’est une carence à combler de toute urgence. Ainsi notre élite politique perdrait moins de temps. Cet été, elle s’occupa à déterminer si un riche l’était à 100 000 € de revenus ou à 1 000 000 € de revenus, pour finalement trancher (provisoirement) à 500 000 €.

Tout ceci se justifiait par la mythique quête de la réduction du déficit. Comme chacun sait il est moins douloureux de gonfler les rentrées que de réduire les dépenses. Le riche doit donc payer. Politiquement, c’est une voie absolument indolore qui met tout le monde d’accord.

 Au train où nous allons, le riche va vite accéder à un statut incontestable : sera riche quiconque ne sera pas pauvre. Ainsi, le législateur taxe à la plus-value les résidences secondaires. Il ne lui vient même pas à l’idée qu’un cadre au chômage, locataire de sa résidence principale, peut avoir besoin de vendre sa résidence secondaire pour se sortir d’une mauvaise passe !

 Et si le riche refuse de se laisser tondre, le bougre ? Qu’à cela ne tienne, nos élites ont une solution. Avant de tondre les moutons, on les parque dans un enclos : voici donc l’exit taxe (voir page 17)

 Dans un régime très très totalitaire, si vous n’êtes pas content et que vous ne pensez pas comme il faut, on vous enferme et vous évader est inutile puisque les frontières sont bouclées et la monnaie inconvertible.

Dans un régime moyennement totalitaire, si vous n’êtes pas content, vous pouvez partir, la monnaie est en général convertible.

Dans la démocratie totalitaire, la monnaie est convertible et vous pouvez partir à condition de passer à la caisse. ......

 

Commenter cet article