Après des semaines de mobilisation ....

Publié le par Boule de neige

18 mai 2010: les infirmières-anesthésistes bloquent la gare Montparnasse ...

19 mai 2010  : Le ministre de la santé promet un diplôme ...

 

Moralité :

si vous voulez être entendus ...... vous savez ce qu'il vous reste à faire !!!!!!

 

 

Lu dans " La Tribune " d'aujourd'hui:

http://www.latribune.fr/depeches/reuters/bachelot-promet-un-diplome-universitaire-aux-anesthesistes.html

Bachelot promet un diplôme universitaire aux anesthésistes

PARIS (Reuters) - La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a promis mercredi de répondre aux revendications des infirmiers anesthésistes après le blocus de la gare Montparnasse mardi.

Elle a déclaré sur Europe 1 qu'elle mènerait à bien avant la fin de l'année la réforme de leur diplôme pour le porter au niveau universitaire "master", à Bac+5, et assuré que les augmentations de salaires étaient importantes en période de crise.

Elle promet aussi de tenir compte du caractère pénible de leur métier.

"On comprend vos revendications. Nous sommes en concertation, en réunion de travail. (...) Nous travaillons sur le contenu du master pour en faire un vrai diplôme universitaire, ceci sera pris avant la fin de l'année", a-t-elle dit.

"Les infirmiers anesthésistes restent les infirmiers les mieux payés de la profession à l'hôpital (...) La question de la pénibilité est sur la table des négociations", a-t-elle ajouté.

Selon elle, "la revalorisation (de salaires - NDLR) qui est sur la table équivaut à un 13e mois en moyenne".

Le trafic ferroviaire entre Paris et l'ouest de la France a été bloqué tout l'après-midi mardi en raison du blocage des voies de la gare Montparnasse par des infirmiers anesthésistes.

Les forces de l'ordre ont évacué manu militari en fin d'après-midi les quelque 2.500 manifestants qui bloquaient les voies depuis le début d'après-midi, car ils souhaitaient être reçus par la ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Ils ont finalement été reçus par un chargé de mission.

Thierry Lévêque, édité par Pascal Liétout

Commenter cet article